LES RADIOS PIRATES SUITE…..(3)


LES RADIOS PIRATES, LEUR NAUFRAGE ET

AUTRES RADIOS PRIVÉES

Notre ami EPHEM se chargeant de nous narrer, par l’intérieur, la naissance des radios FM des années fin 1970 /1980 qui vont à leur tour saper le sacro saint monopole de la radio diffusion, nous revenons à nos crêtes de vagues.

Si les radios anglo-saxonnes sont les plus connues de nos jours, l’idée d’émettre à partir d’un navire a commencé bien avant ; pas quand même au déluge avec Noé, mais aux débuts des années 60′ et la grande bagarre se situe un peu plus au Nord, sur la mer du même nom, car si les septentrionaux ont la réputation d’être réservés et distants, titiller les autorités n’est pas pour leur déplaire et il a fleuri dans ces eaux froides moult expériences d’émissions.

Lire la suite

Pour notre grand plaisir EPHEM a encore frappé (2)


LES RADIOS LOCALES (suite)

par EPHEM

UN LOCAL POUR LA RADIO

Second semestre de 1981, nous sommes quelques amis désirant créer une radio FM et nous sommes à la recherche d’un local. Vu l’état des finances dont nous disposons, louer un bureau, une boutique, un petit studio est tout simplement exclu. De plus nous avons conscience qu’il faut aller vite. A la réflexion, il apparaît que ce local doit répondre à plusieurs critères :

  • être accessible aux différentes personnes qui devront se relayer aux manettes

  • être cependant sécurisé par crainte des indésirables, des voleurs ou du vandalisme

  • être situé dans un milieu non bruyant ou assez bien insonorisé

  • avoir un endroit à proximité pour disposer le mât qui supportera l’antenne

  • être d’une surface suffisante pour pouvoir accueillir quelques invités à une émission.

Avec des bonheurs divers et variés, les radios vont trouver un local, quelquefois provisoire, rarement luxueux et parfois cocasse : légende ou réalité, il a été écrit que les 2 comparses ayant créé NRJ se sont lancés en installant leur matériel sur 2 planches posées sur la baignoire d’une salle de bain !…

Lire la suite

Trouvé dans les Panama-Papers, les débuts des radios locales by EPHEM…(1)


LES RADIOS LOCALES

par EPHEM

Antenne d' émission FM

Je roule sur l’A13 en direction de Paris, le soleil brille, et la circulation est fluide. Ce matin, comme tous les jours, une musique douce venant de mon radio-réveil m’a tiré des bras de Morphée. Pendant que je prenais mon petit-déjeuner j’ai écouté les dernières nouvelles et Radio-Trafic pour connaître l’état de la route.

Je viens de franchir le péage de Mantes et la radio FM que j’écoute depuis mon départ (bravo et merci le RDS) se met à « crachouiller » comme si une autre radio « bavait » sur la même fréquence. Bizarre, bizarre ! Poursuivant ma route, cela n’a pas duré bien longtemps. Cependant, cela m’a fait penser à une époque déjà assez lointaine, du temps de l’apparition des radios locales et de leurs premiers balbutiements… Au fait, c’était quand ?… Vous dites ? Il y aurait autant d’années que çà ?

Lire la suite

The Johnny Walker show ou les radios pirates


Radio Caroline_2Radio Caroline_3Radio_CarolineRadio_City-1

 

Qui fleure bon la soixantaine passée a connu peu ou prou les radios pirates dont les plus connues des années 60′ furent Radio Caroline ( 199/259m), Radio London (266m), Radio City pour ne citer qu’elles.

Toutes les trois anglo-saxonnes, les deux premières émettaient à partir de bateaux mais plus sûrement de rafiots se trouvant dans les eaux internationales, la troisième sur une plate-forme de défense anti-aérienne datant de la 2ème guerre mondiale.

Lire la suite

L’objet sonore non identifié – suite 1-


L’OBJET SONORE NON IDENTIFIE -Suite-
Ça y est, le Desmet est « à poil ».
Le Grand Prêtre Yvetotais a pris les choses en mains et se promet de faire un schéma de l’inconnu avec quelques formules magiques et des incantations mathématiques.
De mon côté j’ai une franche et virile explication avec le condensateur électrochimique, à l’ancienne mode, de filtrage .
Avec doigté et compassion je commence à scier le bas de l’engin le plus près de l’embase vissée, le plus proprement possible bien entendu. Un liquide acide s’en échappe, pas bien loin la poubelle est dessous.
A la fin, deux morceaux, le tube bêtement creux et l’embase à pas de vis sur laquelle se trouve quelque chose qui ressemblerait aux anciens couvercles de boîtes à sardines, après le passage de la clé, pour ceux qui ont connu, sinon ça ressemble à un morceau de métal entouré sur lui même.
Un nettoyage sérieux de l’enveloppe et sa diminution en diamètre par un morceau de tube PVC pour y glisser un condo tout neuf de 16 micros 500 volts, un coup de pistolet à colle et il est presque d’origine….
Retour au club.
Le Grand Prêtre ayant beaucoup phosphoré, nous avons un schéma, de lecture soit mais enfin quelque chose de tangible calculé et tout, et tout.
Ce qui l’est moins, c’est qu’au démontage un tranfo de liaison Philips a des soucis de continuité, donc va falloir l’ouvrir……
MAIS pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, une spécialité de Philips d’ailleurs plusieurs fois croisée dans des démontages antérieurs.
Le transfo est noyé dans du brai, une sorte de coaltar , du goudron quoi !
J’essaie l’eau bouillante via micro ondes, ouais, peut mieux faire. J’emprunte sur conseils du Gourou le sèche cheveux du club pour faire couler à la maison, non pas le raisiné, mais le goudron.
Décapant thermique d’une main, l’objet de délit dans l’autre, on chauffe et voilà une chose qu’elle est intéressante ; ça bout, ça coule, ça fume ça pétille, ça saute de partout et surtout sur mes mains mais force est revenue à la Loi, le noyau et ses bobinages sont séparés de la carcasse.
Entre temps une lampe prise d’un désir d’indépendance se retrouve collée sur son embase, non mais…
Le lundi nous nous retrouvons au club, le Grand Prêtre a bien officié et les blocs accords ont retrouvé leur place affublés de fil neuf déguisé à l’ancienne.
Il me donne un truc pour aller plus loin dans le « dé-braillage «  avec un diluant et m’incite à nettoyer le châssis au mieux pour lui redonner de l’allure.
Il va se faire d’ailleurs un plaisir, à la suite de ces lignes, de vous narrer son avancée sur ce chantier.
Rendez-vous pour la suite …..