L’objet sonore non identifié – suite 1-


L’OBJET SONORE NON IDENTIFIE -Suite-
Ça y est, le Desmet est « à poil ».
Le Grand Prêtre Yvetotais a pris les choses en mains et se promet de faire un schéma de l’inconnu avec quelques formules magiques et des incantations mathématiques.
De mon côté j’ai une franche et virile explication avec le condensateur électrochimique, à l’ancienne mode, de filtrage .
Avec doigté et compassion je commence à scier le bas de l’engin le plus près de l’embase vissée, le plus proprement possible bien entendu. Un liquide acide s’en échappe, pas bien loin la poubelle est dessous.
A la fin, deux morceaux, le tube bêtement creux et l’embase à pas de vis sur laquelle se trouve quelque chose qui ressemblerait aux anciens couvercles de boîtes à sardines, après le passage de la clé, pour ceux qui ont connu, sinon ça ressemble à un morceau de métal entouré sur lui même.
Un nettoyage sérieux de l’enveloppe et sa diminution en diamètre par un morceau de tube PVC pour y glisser un condo tout neuf de 16 micros 500 volts, un coup de pistolet à colle et il est presque d’origine….
Retour au club.
Le Grand Prêtre ayant beaucoup phosphoré, nous avons un schéma, de lecture soit mais enfin quelque chose de tangible calculé et tout, et tout.
Ce qui l’est moins, c’est qu’au démontage un tranfo de liaison Philips a des soucis de continuité, donc va falloir l’ouvrir……
MAIS pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, une spécialité de Philips d’ailleurs plusieurs fois croisée dans des démontages antérieurs.
Le transfo est noyé dans du brai, une sorte de coaltar , du goudron quoi !
J’essaie l’eau bouillante via micro ondes, ouais, peut mieux faire. J’emprunte sur conseils du Gourou le sèche cheveux du club pour faire couler à la maison, non pas le raisiné, mais le goudron.
Décapant thermique d’une main, l’objet de délit dans l’autre, on chauffe et voilà une chose qu’elle est intéressante ; ça bout, ça coule, ça fume ça pétille, ça saute de partout et surtout sur mes mains mais force est revenue à la Loi, le noyau et ses bobinages sont séparés de la carcasse.
Entre temps une lampe prise d’un désir d’indépendance se retrouve collée sur son embase, non mais…
Le lundi nous nous retrouvons au club, le Grand Prêtre a bien officié et les blocs accords ont retrouvé leur place affublés de fil neuf déguisé à l’ancienne.
Il me donne un truc pour aller plus loin dans le « dé-braillage «  avec un diluant et m’incite à nettoyer le châssis au mieux pour lui redonner de l’allure.
Il va se faire d’ailleurs un plaisir, à la suite de ces lignes, de vous narrer son avancée sur ce chantier.
Rendez-vous pour la suite …..

3 réflexions sur “L’objet sonore non identifié – suite 1-

  1. Là au moins, c’est du bon boulot , digne de l’atelier des Rétro Actifs, bravo Michel, le virus a fait son effet destructeur ? Non plutôt constructif ! On attends la suite, et à quand l’écoute de France Inter sur ce montage à amplification directe un peu réactif ?

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s