Un poste hors norme, le T898WK de Téléfunken


img_20160726_132839

 

Sur l’aspect physique : son poids de 26 Kg, ses dimensions L66, P33 et H43, un vrai monstre !

Un système d’entrainement de cadran avec double mouflage, merci à Hannibal et aux autres membres du forum de Radiofil  qui ont répondu à mon SOS, pour me procurer le plan du parcours de la ficelle (trouvé sur un site Russe). Sans ce document, je ne m’en serai pas sorti.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le schéma électrique se trouve sur Doctsf, et une autre version sur Radiomuséum.

État des lieux :

  • Le poste est complet à l’exception du fond et du panneau arrière qui sont manquants, donc rien de rédhibitoire.
  • Le châssis est fortement oxydé et un bon nettoyage s’impose, la routine quoi !
  • Le support de l’EL12 d’origine a été remplacé par un support Transcontinental et un adaptateur Transco/Octal permet d’y substituer une 6L6.

Principales caractéristiques :

C’est bien sur un superhétérodyne équipé de tubes allemands

Il possède un ampli HF accordé (EF12), un étage changement de fréquence (ECH11), un ampli MF et détection (EBF11), un œil magique EFM11 dont l’élément penthode est utilisé en préampli BF, un ampli de puissance de 8 W  (l’EL12) et une valve (AZ12).

Ceci c’est pour la partie classique, mais l’appareil comporte deux tubes supplémentaires, une double diode et une pentode.

A quoi servent ces tubes ? Sur le moment j’ai pensé à un CAG (contrôle automatique de gain) amplifié, mais en regardant de plus près, il s’agit en fait d’un CAF (contrôle automatique de fréquence). Pas banal pou un récepteur à modulation d’amplitude !

La double diode associée à un transfo FI particulier (sorte de discriminateur) délivre une tension d’erreur dès que l’on s’écarte de l’accord. Cette tension est appliquée à un tube à réactance qui est relié au  circuit oscillant de l’oscillateur local et fait varier sa fréquence dans le bon sens pour recaler la syntonie.

Cette fonction est commutable par un bouton situé sur le coté droit de l’appareil et n’agit que sur les gammes PO et OC.

Je suppose que la dérive de l’oscillateur en GO est négligeable et la capacité du tube à réactance serait de toute façon insuffisante pour faire varier de façon significative la fréquence.

La remise en état :

Après remplacement des condensateurs chimiques et et papier de découplage, l’appareil fonctionne en PO et OC, la gamme GO restant pratiquement muette.

Mesure de l’oscillateur local, en GO, la fréquence est trop élevée, un condensateur du circuit a changé de valeur, il faut le remplacer.

hpim2805

Maintenant toutes les gammes fonctionnent mais la sensibilité n’est pas au rendez vous.

Les noyaux des transfo FI vissés à fond, améliorent légèrement la sensibilité..

Démontage des transfos, mesure des capacités d’accord, là encore les valeurs mesurées ne sont pas bonnes, il faut les remplacer.

 

Nota :Avant de démonter les FI, je dispose un condensateur variable en // sur chaque enroulement que je règle au maximum d’audition, cela permet de s’assurer que la capacité d’origine a bien changé de valeur (diminué).

Ayant un support pour une EL12 en stock je décide de remettre le poste dans son état d’origine.Essai avec une EL12, tout fonctionne à merveille durant une heure et l’EL12 rend l’Âme ! Merci à Patrice qui me fournit sa petite sœur.

Reste à revoir la partie mécanique qui assure le déplacement de l’aiguille de cadran, nettoyage et lubrification.

Il faut maintenant remonter le châssis dans son ébénisterie et recâbler les ampoules du cadran qui s’allument en fonction de la gamme choisie.

Essai final, le son est très bon, riche en basses grâce au haut parleur de 30 cm de diamètre !

Le tourne disques :

Le poste est supporté par un meuble qui accueille la platine tourne disque (78 tours).

L’équipage mobile qui supporte l’aiguille est cassé, et pour moi impossible à refaire.

Je décide donc de coller une petite plaquette de caoutchouc percée du diamètre de l’aiguille afin de la supporter. Le fonctionnement est excellent !

Conclusion :

Cet appareil sort des sentiers battus, il est de conception robuste, sa technique est particulière et comme très souvent, les condensateurs en sont le talon d’Achille.

Les schémas : 000ksu_telef_t898wk001lqr_telefd_t8980010yz_telef_t898wk-t898wkz

 

 

_57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s